Search
Search

Droits et Fiscalité

 

Droit et fiscalité en Afrique

Retrouvez l'Information juridique, ainsi que les textes du droit, de la fiscalité et les procédures de création de sociétés en Afrique

 

Actualités Juridiques

Le viol et l'exploitation sexuelle d'enfants sont des cas "extrêmement flagrants" de violation des droits humains au Cap-Vert

Le viol et l'exploitation sexuelle d'enfants sont des cas "extrêmement flagrants" de violation des droits humains au Cap-Vert

Le viol et l'exploitation sexuelle d'enfants, en particulier dans les îles touristiques de Sal et de Boa Vista, demeurent les cas les plus "flagrants" de violations des droits de l'homme au Cap-Vert, a déclaré la présidente de la Commission nationale des droits de l'homme et de la citoyenneté du Cap-Vert (CNDHC), Zaida Freitas. Elle intervenait en marge de la 47e réunion plénière du Comité chargé de consulter les organisations de la société civile et de promouvoir leur participation au suivi des recommandations que les organes de surveillance des traités des Nations unies adressent au Cap-Vert.

Selon Zaida Freitas, un certain nombre de préoccupations ont été soulevées au cours de la séance plénière, notamment en ce qui concerne la réalisation des droits des enfants et des personnes handicapées, en particulier dans certaines îles où une surveillance plus étroite était nécessaire. "La question de l'exploitation et de la violence sexuelles a été évoquée, en particulier dans les îles de Sal et Boa Vista. Des recommandations ont déjà été faites par le comité des droits de l'homme de l'enfant", a-t-elle indiqué, soulignant la nécessité de renforcer la commission afin que l'Etat donne la priorité à la mise en œuvre de ces recommandations. En juillet dernier, le Comité des droits de l'enfant des Nations unies s'est déclaré "gravement préoccupé" par les abus sexuels sur mineurs au Cap-Vert, évoquant d'autres problèmes, tels que la prostitution et la pornographie mettant en scène des enfants, mais a salué les mesures gouvernementales prises dans ce domaine.

"Le Comité se félicite de l'adoption du Plan national de lutte contre la violence sexuelle à l'égard des enfants et des adolescents", a indiqué le document déclarant "sérieusement préoccupé" par le manque de services d'assistance pour les victimes de ces situations. Le Comité a noté que le crime d'abus sexuel sur des mineurs était "le crime sexuel le plus signalé au cours de l'année judiciaire 2016/2017" et que les auteurs "étaient régulièrement des membres de la famille ou des connaissances de la famille" et se produisaient également dans les écoles. Selon les données de l'Institut capverdien pour enfants et adolescents (ICCA), en 2018, l'institut a reçu 188 signalements de sévices sexuels, une augmentation par rapport à 172 l'année précédente et 127 en 2016.

Les conclusions auxquelles ils ont abouti et qui ont été débattues lors des réunions du Comité des 22 et 31 mai à Genève, en Suisse, font également référence à l'exploitation et aux abus sexuels d'enfants dans le contexte du tourisme, une situation qui "affecte particulièrement les filles". A cet égard, le Comité a exhorté le Cap-Vert à "interdire et criminaliser l'utilisation, la recherche ou l'offre d'enfants de 16 à 18 ans à des fins de prostitution ou de pornographie", l'adoption d'une "approche multisectorielle" visant à garantir à ces victimes d'abus un accès à un soutien médical, psychologique et social à la suite de plaintes, ainsi qu'à des interventions faisant appel à l'analyse de preuves et de ressources médico-légales.

Dans ses conclusions, le Comité des droits de l'enfant des Nations unies s'est félicité de l'adoption du statut de l'enfant et de l'adolescent en 2013 et de la création de la Commission nationale des droits de l'homme et de la citoyenneté en 2004, ainsi que des "progrès significatifs accomplis" dans la réduction de la mortalité infantile et l'adoption quasi complète de l'enseignement primaire universel". La députée et présidente de la commission spécialisée des affaires constitutionnelles, des droits de l'homme, de la sécurité et de la réforme de l'Etat, Joana Rosa, a déclaré vendredi que Boa Vista et Sal étaient les îles avec le "taux le plus élevé" d'exploitation sexuelle de mineurs et de femmes.

"Nous travaillons sur une loi spécifique sur le viol et l'exploitation sexuelle des mineurs, afin de pouvoir mieux protéger les enfants", a-t-elle déclaré, préconisant "un traitement spécifique" pour les deux îles. Elle a également annoncé d'autres modifications à la loi sur la protection des mineurs au sein de leur propre famille, pour renforcer la protection de ces enfants. En octobre 2018, à l'occasion du lancement de la campagne contre les abus sexuels sur enfants au Cap-Vert, le président de l'Assemblée nationale, Jorge Santos, a jugé que cette situation dans un pays qui se veut civilisé est "grave et inacceptable".

"Au cours du premier semestre de cette année, 50 cas ont été signalés dans tout le pays. Cela signifie qu'en moyenne huit à neuf enfants ont été victimes d'abus sexuels et de violences par mois, soit un en moyenne tous les trois ou quatre jours", a déclaré Jorge Santos. "C'est une situation inquiétante. Mais le pire, c'est que nous sommes tous certains que la réalité est bien plus grave", a-t-il conclu.

Imprimer
263 Noter cet article:
Pas de notation

Laissez un commentaire

Nom:
Email:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Nom:
Email:
Objet:
Message:
x

Annuaires - A LA UNE!

Textes de lois et codes

Copyright 2019 Afrique Plus Conditions d'utilisation Déclaration de confidentialité
Back To Top