Search
Search

Afrique Plus - Actualité et informations sur l'Afrique et le monde.

 

 

Rechercher un article !

Actualités - Afrique Plus

L'ONU et l'UA exhortent les rivaux au Soudan du Sud à ne pas retarder la formation du gouvernement

L'ONU et l'UA exhortent les rivaux au Soudan du Sud à ne pas retarder la formation du gouvernement

Il ne faut pas repousser au-delà de la période de prolongation de six mois la formation d'un nouveau gouvernement d'union au Soudan du Sud, ont préconisé l'ONU, l'Union africaine (UA) et l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) en Afrique de l'Est aux parties concernées du fragile accord de paix de septembre 2018. Une délégation conjointe ONU-UA-IGAD, dirigée par Jean-Pierre Lacroix, le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les opérations de paix, a achevé samedi une visite de deux jours dans le pays d'Afrique de l'Est déchiré par le conflit dans le but de faire avancer la mise en œuvre de l'accord de paix.

L'équipe a déclaré que bien qu'elle soutienne l'extension de six mois, les groupes rivaux au Soudan du Sud devraient redoubler d'efforts pour mettre l'accord en œuvre et éviter d'autres retards. M. Lacroix a exhorté les factions belligérantes à utiliser la période de six mois pour faire progresser ce dernier et mettre fin à la crise à laquelle fait face la plus jeune nation du monde. "Notre but est de montrer notre soutien pour que les six prochains mois suivant cette prolongation de la période prétransitoire soient utilisés pour générer des progrès substantiels dans la mise en œuvre de l'accord de paix et dans l'amélioration de la vie de millions et de millions de Sud-Soudanais", a déclaré M. Lacroix.

Les signataires de ce pacte ont convenu le 3 mai dernier de repousser de six mois la formation du gouvernement de transition à la suite de retards dans la mise en œuvre de celui-ci. La semaine dernière, le président sud-soudanais Salva Kiir a demandé un délai d'un an, arguant que six mois ne suffiraient pas à régler les questions en suspens telles que les dispositions de sécurité qui continuent de menacer le fragile accord de paix.

Le Soudan du Sud est entré en guerre civile fin 2013 et le conflit a créé l'une des crises de réfugiés les plus importantes dans le monde en termes de rapidité de progression. L'ONU estime qu'environ quatre millions de Sud-Soudanais ont été déplacés à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Un accord de paix signé en août 2015 s'est effondré suite à de nouvelles violences dans la capitale Juba en juillet 2016. Dans le cadre de l'accord de paix de 2018, le dirigeant de l'opposition, Riek Machar, sera rétabli comme vice-président de M. Kiir.

Imprimer
600 Noter cet article:
Pas de notation

Laissez un commentaire

Nom:
Email:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Nom:
Email:
Objet:
Message:
x
Back To Top