Search
× Search
vendredi 1 juillet 2022
ActualitéAfrique

Actualité Africaine, des Caraïbes et de sa diaspora

Toute l'actualité en temps réel de l'Afrique et sa diaspora: Informations, cultures, technologie, innovation et divertissements

ACTUALITE AFRIQUE, CARAÏBES ET DIASPORA:
TAM-TAM D'ICI,
TAM-TAM DE LA-BAS.

On dit quoi ? Koman i lé ? So, what’s new ? C'est comment ? Maguifi ? ma aljadid (ما الجديد) ? ...
Prenez des nouvelles, Donnez des nouvelles !
Afriqueplus vous sert de relais.

Le gouvernement malien demande à l'ambassadeur de France de quitter le pays dans les 72 heures

Le gouvernement malien demande à l'ambassadeur de France de quitter le pays dans les 72 heures

Relation Diplomatique

L'ambassadeur de France au Mali, Joël Meyer, a été sommé de quitter le Mali dans les 72 heures, a annoncé un communiqué publié lundi par le ministre malien de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, porte-parole du gouvernement. Déjà dans la matinée, le département des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI) a annoncé sur ses réseaux sociaux que le diplomate français a été convoqué ce lundi suite "aux propos tenus par les autorités françaises à l'endroit des autorités de la transition".

"L'ambassadeur de France à Bamako a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale qui lui a notifié la décision du gouvernement qui l'invite à quitter le territoire national dans un délai de 72 heures", a précisé le communiqué du gouvernement malien. "Cette mesure fait suite aux propos hostiles et outrageux du ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères (Jean-Yves le Drian) tenus récemment et à la récurrence de tels propos par les autorités françaises à l'égard des autorités maliennes, en dépit des protestations maintes fois élevées", a précisé le gouvernement malien tout en condamnant "vigoureusement" et en rejetant "ces propos contraires au développement de relations amicales entre nations".

Le gouvernement malien a néanmoins réitéré sa disponibilité à "maintenir le dialogue et à poursuivre la coopération" avec l'ensemble de ses partenaires internationaux, y compris la France, dans "le respect mutuel et sur la base du principe cardinal de non-ingérence" conformément aux "aspirations légitimes du peuple malien". Les relations sont très tendues entre Bamako et Paris depuis l'annonce du retrait de l'Opération Barkhane. Et le ton était monté d'un cran depuis lundi dernier quand le Mali a demandé au Danemark le retrait d'un contingent de ses forces spéciales déployées dans le cadre de TAKUBA (une force européenne) sans son autorisation.

En décembre dernier, le Mali avait déjà expulsé le représentant-résident de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) à Bamako, Hamidou Boly, pour "agissements incompatibles avec son statut".

Imprimer
1046 Noter cet article:
Pas de notation

Laissez un commentaire

Ce formulaire recueille votre nom, e-mail, adresse IP et contenu afin que nous puissions garder une trace des commentaires placés sur le site Web. Pour plus d'informations consultez notre Politique de confidentialité et Conditions d'utilisation où vous obtiendrez plus d'informations sur où, comment et pourquoi nous stockons vos données.
Ajouter un commentaire

Les plus lus

Pas de contenu

Un problème est survenu lors du chargement du contenu.

A la Une

Pas de contenu

Un problème est survenu lors du chargement du contenu.

Pays

Back To Top