Search
× Search
lundi 28 novembre 2022
ActualitéAfrique

Actualité Africaine, des Caraïbes et de sa diaspora

Toute l'actualité Multimédia en temps réel de l'Afrique et sa diaspora: Informations, arts, cultures, santé, éducation, tourisme, technologie, innovation et divertissements ...

ACTUALITE AFRIQUE, CARAÏBES ET DIASPORA:
TAM-TAM D'ICI,
TAM-TAM DE LA-BAS.

On dit quoi ? Koman i lé ? So, what’s new ? C'est comment ? Maguifi ? ma aljadid (ما الجديد) ? ...
Prenez des nouvelles, Donnez des nouvelles !
Afriqueplus vous sert de relais.

Burkina Faso: Selon les putschistes, les ambitions de Damiba se sont écartées de l'idéal commun

Burkina Faso: Selon les putschistes, les ambitions de Damiba se sont écartées de l'idéal commun

Le groupe de militaires ayant démis vendredi des fonctions le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir au Burkina Faso par un putsch fin janvier, ont annoncé que les ambitions de ce dernier s'étaient écartées de l'idéal commun du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), dont les putschistes déclarent faire également partie.

Ses actions "nous ont progressivement convaincu que ses ambitions s'écartent largement de notre idéal commun", ont déclaré à la télévision publique ce groupe de putschistes ayant pour leader le capitaine Ibrahim Traoré. "Les choix hasardeux du lieutenant-colonel Damiba ont progressivement affaibli notre système sécuritaire et les lourdeurs administratives qui caractérisent le régime déchu se sont aggravées sous la transition compromettant ainsi les opérations à caractère stratégiques", ont-ils noté.

"Au regard de toutes ces dérives, nous avons décidé ce vendredi de déchoir le lieutenant-colonel Damiba afin de poursuivre notre idéal commun avec l'ensemble du peuple burkinabè, à savoir la restauration de la sécurité et de l'intégrité de notre territoire", ont-ils dit, assurant la communauté internationale que le Burkina Faso continuera de respecter ses engagements internationaux, notamment les droits humains.

Comme mesures immédiates, les nouvelles autorités ont décidé de suspendre la Constitution et la charte de la Transition, de dissoudre le gouvernement et l'Assemblée législative de la Transition, d'instaurer un couvre-feu de 21h à 5h, de fermer les frontières jusqu'à nouvel ordre, de suspendre toute activité politique et de convoquer prochainement les forces vives de la nation pour rédiger une nouvelle charte et désigner un président civil ou militaire.

Peu après la mutinerie, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), dont le Burkina est suspendu des instances depuis le coup d'Etat en début d'année, a condamné dans un communiqué la nouvelle prise de pouvoir par la force, la jugeant un coup "inopportun" au moment où des progrès ont été réalisés pour un retour à l'ordre constitutionnel. (Source: Xinhua)

Imprimer
652 Noter cet article:
Pas de notation

Laissez un commentaire

Ce formulaire recueille votre nom, e-mail, adresse IP et contenu afin que nous puissions garder une trace des commentaires placés sur le site Web. Pour plus d'informations consultez notre Politique de confidentialité et Conditions d'utilisation où vous obtiendrez plus d'informations sur où, comment et pourquoi nous stockons vos données.
Ajouter un commentaire

Rechercher un article !

Les plus lus

Pas de contenu

Un problème est survenu lors du chargement du contenu.

A la Une

Pas de contenu

Un problème est survenu lors du chargement du contenu.

Pays

Back To Top